Adjogbo, Danse Funéraire, Aires Culturelles Adja-Tado, Yoruba-Nago

CLASSIFICATIONS
Patrimoine Immatériel
N/A
Arts du Spectacle
Architecture mixte
STATUT INSCRIPTION
Pas d'informations sur l'inscription sur liste indicative nationale.
Non inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO.
Non défini.
DESCRIPTION

Adjogbo

Image_0007
Adja-Tado,Yoruba-Nago
Atlantique-Littoral,Mono-Couffo,Oueme-Plateau,Zou-Collines
Tout le sud Bénin
Adja et xwla
Adjagbé xwlagbé plus tard le fon et autres

 

Adjogbo est à l'origine une danse funéraire du sud du Bénin, mais s’exécute également à présent lors d'occasions de réjouissance. Lors de cette danse très chorégraphiée, les danseurs exécutent des mouvements synchronisés et parfois acrobatiques.

La légende raconte que cette danse aurait été révélée à une femme allant chercher du bois dans la foret, qui surpris des singes habillés de raphia. Ces singes exécutaient des pas de danses chorégraphiés.

Elle serait retourné dans son village en courant, afin de rendre compte à son mari de cette découverte. Ce dernier lui aurait interdit d'en parler à quiconque, car selon lui, il s'agissait d’ancêtres incarnés dans ces singes. Le mari aurait alors rassemblé quelque hommes, qu'il fit habiller tel que sa femme lui avait décrit les accoutrements des singes, et les fit ainsi danser à partir des descriptions données par sa femme. Adjogbo fut dès lors exécuté lors de cérémonies funéraires afin de rendre hommage aux ancêtres, pieds, bras et hanches ornés de raphia tissé.

Le Adjogbo est en principe exécuté par des hommes très agiles et solides. Néanmoins aujourd'hui, cette danse devenue populaire, peut être accessible à des femmes.

Cette danse proviendrai d'un groupe socio-culturel du département du Mono.

"Les fabriquants de tambours, de gon et autres
-les couturiers
-les organisateurs de cérémonie
-les danseurs"
VIABILITE
Non défini.
Pas de mesures de sauvegardes connues.

Pas de projets liés connus.

Final_019
Final_015
Final_018
PERSONNES RESSOURCES