*Astuce* Utiliser la "case à cocher" sous la zone de Recherche pour activer ou non les filtres pour des résultats contenant au moins une image ou vidéo.

Gu ou Ogou, Divinité du fer, Croyance et connaissance, Aires culturelles Adja Tado et Yoruba Nago

CLASSIFICATIONS
Patrimoine Immatériel
N/A
Connaissances de la Nature et Croyances
Architecture mixte
STATUT INSCRIPTION
Pas d'informations sur l'inscription sur liste indicative nationale.
Non inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO.
Non défini.
DESCRIPTION

Gu (se prononce Gou), Ogun (Ogoun)

NoImage2
Adja-Tado,Yoruba-Nago
Atlantique-Littoral,Mono-Couffo,Oueme-Plateau,Zou-Collines
Sud du Bénin.
adja, yoruba, fon, mahi, nago.
La pratique s'effectue dans la langue des communautés concernées.

 

Gu (Gou), Dieu du Fer, est représenté par un amas de fer. On retrouve sa représentation dans les forges ou dans la maison des forgerons, des chasseurs et des laboureurs. Il est le maître des métaux, une divinité qu'implorent tous ceux qui travaillent le fer et avec du fer ( forgerons, cultivateurs, guerriers, chasseurs, pêcheurs...). Il est transverse et reçoit toujours sa part de louanges au cours des cérémonies en l'honneur d'autres divinités, car sans le couteau qu'il permet de former, aucun sacrifice ne serait possible. C'est aussi l'esprit protecteur des personnes nouvellement circoncies. Gu est une divinité dont on craint assez le nom : les accidents liés au fer (y compris véhicule) seraient le fait de sa colère.

Selon Pierre Verger, Ogoun, comme personnage historique, aurait été le fils aîné de Odudua le fondateur de Ifè. C'était un guerrier redoutable et sanguinaire qui se battait sans cesse contre les royaumes voisins. Il ramenait toujours de ses expéditions un riche butin et un nombre considérable d'esclaves. Il fit la guerre contre la ville d'Ara et la détruisit. Il saccagea et dévasta de nombreux autres Etats, s'empara de la ville d'Iré, tua le roi, installa son propre fils sur le trône et revint tout glorieux, porteur lui même du titre d'Oniiré, roi d'Iré, mais, pour des raisons que nous ignorons, il n'eut jamais le droit de porter une couronne, adé, faite de petites perles de verres assemblés, et agrémentés de franges de perles dissimulant le visage, emblème de la royauté chez les yoruba.

Il fut autorisé à porter un simple tortil appelé Akoro. C'est pourquoi il est salué dans ses Oriki traditionnels, des noms de Ogun Oniiré Alaakoro par les descendants de yoruba qui vivent actuellement au Brésil et à Cuba. Ogoun aurait été le fils le plus énergique d'entre tous les enfants d'Odoudoua fut régent du royaume d'Ifè lorsque Odoudoua devint momentanément aveugle.

De nombreuses années après avoir placé son fils sur le trône d'Iré et d'en être reparti pour aller guerroyer ailleurs, Ogoun décida de revenir le voir et visiter le théatre de ses anciens exploits. Par malheur, le jour de son arrivée, les gens de la ville célébraient une fête au cours de laquelle, les participants ne peuvent parler sous aucun prétexte. Ogoun avait faim et soif. Il vit des jarres qui avaient contenu du vin de palme mais il ignorait qu'elles étaient vides. Personne ne l'avait salué ni avait répondu à ses questions. Il ne reconnaissait pas les lieux après une si longue absence. Ogoun dont la patience est courte, se mit en colère, choqué par le silence général qu'il prenait pour une marque de mépris. Il se mit à briser à coup de sabre les jarres, puis emporté par l'action, il commença à couper la tête des gens les plus proches, jusqu'au moment où son fils appparut et lui offrit les nourritures qu'il aime où figurent en bonne place, chiens et escargots, des haricots arrosé d'huile de palme et une jarre de vin de palme.

Pendant qu'il appaisait sa faim et étanchait sa soif, les habitants d'Iré chantaient ses louanges, parmi lesquelles figuraient la mention Ogounjaja, qui vient de la phrase Ogoun je aja (Ogoun mange du chien) et qui lui valu le nom de Ogunja. Ogoun repu et calmé, regretta sa violence passée et déclara qu'il avait assez vécu. Il abaissa son bras et dirigea la pointe de son sabre vers le sol et s'enfonça sous terre avec un bruit terrifiant. Avant de disparaître, il prononça quelque mots. Lorsqu'ils ces mots sont prononcés au cours d'une bataille, Ogoun apparaît aussitôt et vient en aide à celui qui les a prononcés, mais ces paroles ne peuvent être dites en d'autres circonstances car si à son apparition, Ogoun ne trouvait pas d'ennemi en face de lui, ce serait à l'imprudent qui l'aurait invoqué qu'il s'en prendrait.

En tant qu'Orisha, Ogoun est le dieu du fer, des forgerons et de tous ceux qui utilisent ce métal: agriculteurs, chasseurs, guerriers, bouchers, barbiers, menuisier charpentiers et sculpteurs.


 

Gou serait d'origine Yoruba.

Le plus âgé est le chef, il dirige les cérémonies.
"Les fabriquants de tambours, de gon et autres
-les couturiers
-les organisateurs de cérémonie
-les danseurs"
Les castes des forgerons, des chasseurs sont prioritaires.
La transmission se fait de génération en génération et par initiation des membres des castes concernées.
ELEMENTS MATERIELS ET IMMATERIELS ASSOCIES
Haches, Plumes d'oiseaux
chants, danses, panigériques, rites, rituels
VIABILITE
Non défini.
Le manque d'interet de la jeune génération pour les pratiques ancestrales.
Pas de mesures de sauvegardes connues.

Pas de projets liés connus.

BIBLIOGRAPHIE
Orishas
Pierre Fatumbi VERGER
PERSONNES RESSOURCES
Les résultats disponibles sont les résultats du travail du projet "Patrimoine Bénin" (environ 500 éléments dans tout le Bénin), du projet PaCTE (environ 750 éléments dans le département de l'Ouémé) et de bénévoles (50 fiches cuisine, danses, ...). Le contenu n'est donc pas exhaustif:  Suggérez, nous rajouterons! (envoyez-nous un message, lien "Contact").

Espace PUB

< >

Un hébergement à Cotonou?

La maison de Canelia : Se sentir chez soi

Agence Dekart

Toute l'actualité culturelle

Visitez Porto-Novo et Région

Bienvenue dans la capitale!

Rejoignez-nous!